Le rendez-vous annuel des indés et de l'autoproduction

Edito 2022

 

Et c’est reparti ! Plus de pass, bas les masques, et concerts en masse !

Les gros festivals français semblent avoir repris le chemin des records de remplissage et des « complets-complets ». Ce n’est certainement pas suffisant pour couvrir les pertes dues au covid ainsi qu’à l’inflation galopante, mais ça fait plaisir de revoir de nouveau tout ce beau monde en plein air. Ça fait vraiment plaisir que les jeunes, privés de cette expérience pendant 2 ans, puissent s’enjailler comme il se doit.

Le tableau est cependant moins rose pour les salles de concert et certains petits festivals. D’après les quelques chiffres qui circulent, la baisse de fréquentation générale serait au moins de 30%. La concurrence accrue entre structures et la sur-proposition de concerts en cette reprise d’activité sont des pistes pour expliquer ce manque de public. Néanmoins, le changement de nos habitudes de divertissement est le coupable tout désigné.

A l’instar du cinéma, nous rechignons à nous enfermer dans une salle sombre avec de parfaits inconnus. Nous préférons rester tranquilles à la maison avec tout le confort et les hobbies sédentaires qui vont avec. Les smartphones et réseaux sociaux occupent plus que jamais notre temps de cerveau disponible au détriment des sorties.

A partir de ce constat, que faire ? Toutes ces structures culturelles dépendant de nous vont-elles simplement disparaître ? 

Notre mission, si nous l’acceptons, est certainement la plus difficile que nous n’ayons jamais eu à affronter. Le chemin va être long et semé d’embuches. Notre résilience et notre mental de fer seront mis à rude épreuve. Mais quelle est donc cette mission ?

Il s’agit de nous sortir les doigts de l’endroit où le soleil ne brille jamais et aller aux concerts ! Chacun son rythme, mais à une cadence régulière. S’obliger à danser, à socialiser avec les autres et à siroter une bière. Autant de tâches ingrates et chronophages, nous le concédons. Il n’y a cependant aucune raison que nous n’y arrivions pas à l’unisson dans une fosse à 60° et au taux d’humidité de 90%, dans un chant yaourt parfaitement brassé. 

Certes, la situation financière de nombreuses personnes ne leur permet plus ce genre de sortie. Les autres cependant peuvent certainement sacrifier un abonnement Amazon Prime ou l’achat de nouvelles sapes hebdomadaire pour un p’tit ticket de concert. Offrir ce même p’tit ticket de concert plutôt qu’un énième objet inutile à l’anniversaire d’un proche. Et pour les vrais crevards comme nous, participer aux nombreux jeux-concours, auxquels personne ne participe, offrant des p’tits tickets ou encore chiner les nombreux événements gratuits.

Notre présence en concert, à défaut de forcément renflouer les caisses, montre notre attachement à la musique live et donne du baume au cœur à ceux qui s’investissent corps et âme dans ce secteur.

Ce message s’autodétruira dans 10, 9, 8, 7…

L’équipe de la JIMI

Newsletter

Inscription

Infos pratiques

Billetterie

Réservation en ligne

Exposants

Les structures présentes

Planning

Les horaires du Salon

Accès

Itinéraires, Navigo